Pas de condamnation pour les lanceurs d’alerte du Tricastin
Partager

Mardi 27 avril, soit le lendemain de la commémoration du 35ème anniversaire de l’accident de Tchernobyl, le 26 avril 1986, les représentants de trois ONG (Stop Tricastin, Greenpeace, Sortir du Nucléaire) ont été convoqués au tribunal de police de Valence pour s’être garés à côté de l’espace d’information de la centrale de Tricastin.

Le samedi 1er juin 2018, les représentants des ONG anti-nucléaires sont venus remettre au directeur de la centrale atomique du Tricastin ‘’l’Oscar de la centrale la plus fissurée de France’’. Le directeur pourtant prévenu à l’avance, n’a pas reçu les militants qui lui offraient une statuette dorée symbolisant le réacteur fissuré.

Le ministère public a demandé une amende de quelques dizaines d’euros pour « stationnement illicite » mais la présidente du tribunal a dispensé les lanceurs d’alerte de cette peine.

LA SUITE : Rendez-vous le 26 juin à Montélimar pour une manifester contre les vieux réacteurs des centrales nucléaires.